COURT METRAGE : « Je suis un être humain » de Carlos Chapman

Un court-métrage de 140 secondes, réalisé dans le cadre d’un Festival de court-métrages sur internet

Tourné en une journée, ensuite environ 8h de montage et postproduction. C’est trop peu. Nous l’avons réaliser si rapidement pour publier la vidéo au moins 3 jours avant la fin du Festival (sur internet), dont nous avons découvert l’existence au début du mois de janvier 2011…

« Espoir, lumière, humanité nichés dans les fossettes des sourires dévalant les pentes de poussière …entre les billes du monde entier…

Scénario/Réalisation : Carlos Chapman & Estelle Pesquier
Musique (libre de droits) : Komak
Participation : familles Pesquier, Puybaraud, Trempil et Curat-Dop, ainsi que Marguerite Jorion.
Remerciement : Oriane Pesquier

« Un jour, je suis venu au monde. Mes parents sont des héros. Ils ont supporté mes pleurs, mes cris, mes douleurs, ils m’ont nourri et m’ont donné un toit. Et surtout, ils m’ont donné de l’amour.

Il faut bien dire que dans cette période incroyable qu’est l’enfance, je ne pouvais pas faire de grandes choses comme, par exemple, décider de partir à l’autre bout du monde pour le découvrir. Mais ce n’est pas la réalité qui compte vraiment dans l’enfance, mais ce que l’imagination peut en faire. J’étais en mesure d’être l’inventeur faisant de grandes découvertes ; le chef d’un village amérindien ; le grand sorcier capable de voler dans le ciel ; l’acteur de cinéma qui séduit la plus belle de toutes les femmes. Les adultes me considéraient comme un enfant toujours dans la lune, ayant des difficultés de concentration.

Je voulais réussir. Et j’ai grandit, je suis devenu un adolescent révolté pris par le tourbillon de la jeunesse. De découvertes de la vie en chagrins d’amours, une tempête d’émotions m’a traversé. J’étais absolument persuadé que je pouvais changer le monde, que j’avais un destin extraordinaire devant moi. À mes yeux, les guerres, la fabrication d’armes allaient disparaître à jamais. La haine, l’intolérance et la pauvreté étaient des choses inacceptables. Il me semblait également inconcevable que l’on continue à détruire bêtement notre planète si belle, si vivante.

L’entrée dans la vie adulte a brisé certaines de mes illusions mais mes rêves sont restés intacts. Je ne suis pas le héros qui sauvera le monde de la bêtise humaine, mais je suis le héros de la femme que j’aime. Je suis un héros quand j’arrive à convaincre une seule personne que l’être humain a plus de bon que de mauvais en lui. Je suis un héros quand je fais plaisir à quelqu’un, quand je suscite un sourire. Je suis un héros quand je reconnais mais torts et que j’admets que l’autre a raison, en toute sincérité. Je suis un héros, lorsque je réussi ce que j’entreprends.

Je suis l’acteur principal de ma propre vie. Je veux partager ma joie, mon optimisme, mes rêves. Je crois que chaque être humain est un artiste, et sa plus grand œuvre est sa vie. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s