CLIP DU JOUR : Bonjour Tristesse devient Matheos une « Pupille de la nation » parmi d’autres …

Matheos c’est Bonjour tristesse version chanteur. Voici ses annonces via ses réseaux sociaux :

Bonjour à tous, je vous parle jamais, non pas que je ne vous apprécie pas mais j’en vois rarement l’intérêt. Cela fait par contre plus de 2 ans que je m’adresse à vous en vidéo et que vous me supportez dans ma démarche artistique : sachez que votre soutien me porte, je vous remercie sincèrement pour cela.
En 29 ans, j’ai pas foutu grand chose, j’ai décidé de faire l’exact inverse cette année.
Je suis pas chanteur, pas vraiment humoriste et encore moins réalisateur mais j’en ai rien à foutre; alors je vais faire un album, je serai sur scène à Paris à partir de Janvier pour mon spectacle, et je tâcherai de réaliser la série que j’ai écrite l’année dernière. Je continuerai également les vidéos, je suis pas non plus vraiment Youtubeur mais je me suis un peu attaché au truc, un peu attaché à vous.
Je ne prédis rien de la qualité, la seule chose que je peux promettre c’est de faire les choses avec coeur et conviction et d’y injecter le travail nécessaire avec pour seule ambition de ne pas avoir honte de moi-même.
Le fait que cela plaise ou non au public, j’avoue -un peu désolé- que je m’en bats les couilles au ventilo force 4.
Encore une fois, votre soutien me porte mais je pense que trop d’artistes se perdent à vouloir plaire aux gens et la liberté artistique en pâtit.
Je ferai donc ce dont j’ai envie, comme j’en ai envie, je ne veux devenir le sous-fifre de personne; ni d’une industrie, ni d’un public.
Je sors ma première chanson demain, je posterai les premières sur la page Bonjour Tristesse mais par la suite, tout ce qui concerne la musique se passera sur la page Matheos : je veux pas vous forcer à écouter.
Merci encore pour la bienveillance et le respect que vous savez faire régner sur cette page.
Bonne semaine de merde les copains/copines.


CLIP VIDEO

C’est mon pays, je raconte ce que j’y vois de vive voix, je crois que j’en ai le droit.

Merci à Waxx et Mathieu Joly pour le son, à Syrine Boulanouar et Guillaume Bourriot pour le coup de main clipesque.
Et à la famille pour la présence.

PAROLES

[Intro]
Hé, t’as déjà remarqué qu’les riches volent toujours plus que les pauvres ?
Que, dans l’humour, la triche a succédé à Desproges ?
Et que le risque est, de la chance, le coup d’épaule ?
Non ? Ah bon ?

[Couplet 1]
Les politiques corrompus : j’vous baise, et j’vous re-baise
Mais j’me protège, hein ; viens, on attrape un d’ces escrocs, là, n’importe lequel
Qu’il passe sous mon rasoir à couilles, sentir l’amour en guise d’séquelle
Pas d’justice, pas d’peace : un beau préquel
Notre pays parle le verlan, fait d’abord souffrir
Les femmes et les enfants, j’assiste à ça presque impuissant
Comme dans un rêve ; la chute des dents
Je sens que c’est un signe des temps
Mais faut sauver sa peau, là, sur le moment
Du coup, j’éclate un ‘oint-j’ et je rigole bêtement
Tourner le pétard aux problèmes nourrit ma peine
C’est ma bohème en médicament
J’ai vu les jeunes de ‘té-ci’ avoir plus que mal au dos
Du poids d’leur vie, du poids d’l’ennui, du poids d’leurs maux
Des barreaux indicibles les poussent à transformer les mots
À déchiqueter les phrases, à parler parfois par défaut
Tu les méprises à la base, c’est normal d’les trouver sots
Ils crient : « La France, on la baise », c’est opportun, elle tourne le dos
Les bourgeois ont peur d’eux, en oublient même que c’sont des mômes
La peur de la couleur de peau : mélanome de l’hexagone
J’continue à me punir dans la chambre de mes rêves
Le couloir de l’enfance est vaste comme un château
Partout, la même cassure sociale qui s’égrène
Le savoir est une chance que n’ont pas tous les marmots
Espoirs infantiles éclatent comme du polystyrène
À s’en foutre les larmes aux yeux au bas mot
Au milieu des méduses, les rares sirènes
Peinent et luttent à s’accrocher au radeau
J’ai vu des terroristes tirer d’notre âme des larmes de sang
Tuer des innocents, c’est braquer Dieu avec une arme, des gants
J’me demande en quoi la mort donne plus de charme aux gens
Ai-je vraiment tort quand je n’aime pas plus Charb qu’avant ?

[Refrain]
Et j’me suis vu lucide, enfin j’crois
Qu’être engagé mène au décès, à la croix
Et j’aimerais être utile, enfin j’crois
Qu’être enragé, ici, c’est cultiver ma foi
J’veux vivre la tête haute, au moins j’essaie
Laissez-moi courir comme un gosse, lacets défaits
J’veux vivre la tête haute, au moins j’essaie
Laissez-moi courir comme un gosse, lacets défaits

[Pont]
Et j’me suis vu lucide, enfin j’crois
J’ai vu l’artiste tout mettre dans la posture, et plus rien dans la position
Médias médiocres en points d’suture pensent « hémorragie d’renonciation »
La visibilité à tout prix comme imposture, à l’engagement préfèrent tous la conciliation
Sale vedette ‘tho-my’, t’as l’charisme d’un nain qui vomit

[Couplet 2]
J’t’ai vu t’prendre pour un artiste mais, concrètement, tu rends l’art triste
Égoïste, ton engagement absentéiste
Ton obsession matérialiste, inhumé dans une tombe d’or
Ta mise en bière d’idéaliste
Perso’, j’me suis vu aimer la Palestine
La politique d’Isra’ hait, on oublie l’vrai
Alors que la frontière est fine
Entre la décolonisation et la paix
J’ai vu des gamins cubains avec un bâton à une roue
Jouer des heures comme des fous pendant qu’les gosses de mon coin
Devant leurs cadeaux, font la moue, et les revendent si y’a moyen
Génération malsaine du Bon Coin
J’ai vu la jeunesse flipper d’entreprendre
Et douter d’elle dans des tafs sous employés
Je l’ai vue angoissée d’redescendre
D’un niveau où elle n’est jamais montée
Tu sais, nos os ne font que des cendres
Tenter sa chance est conseillé
Essayer, au moins une fois, de prendre
Cela vaut mieux que de se pendre à jamais
J’ai vu les religions devenir centrales en France
Entre n’pas croire en Dieu et n’pas supporter sa présence
Y’a qu’un pas qu’j’ferai pas et qui s’appelle « l’indécence »
Entre laïc et laïcard se trouve un grand écart de sens
Je péterai pas mes adducteurs, je reste fier
Puise en la diversité, mon essence
Je lui dois une partie de mes frères
Je la remercie pour cette chance

[Refrain]
Et j’me suis vu lucide, enfin j’crois
Qu’être engagé mène au décès, à la croix
Et j’aimerais être utile, enfin j’crois
Qu’être enragé, ici, c’est cultiver ma foi
J’veux vivre la tête haute, au moins j’essaie
Laissez-moi courir comme un gosse, lacets défaits
J’veux vivre la tête haute, au moins j’essaie
Laissez-moi courir comme un gosse, lacets défaits

[Outro]
Et j’me suis vu lucide, enfin j’crois
Et j’me suis vu lucide, enfin j’crois
Et, moi, j’me suis vu accroché aux miens comme DSK aux hanches d’une pute
Mon gars, décidons qu’ensemble on lutte, histoire de monter se trouver un point d’chute
Alors, même si c’que j’vois m’fout mal au crâne
J’essaie d’traquer les fonds des âmes, fixer les yeux sur c’que la vie peut garder d’charme
Sans les gens d’mon entourage, je n’verrais aucun rivage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s