Lucio Bukowski et Oster Lapwass créent de la « Musique liquide pour oreille interne »

Production : Oster Lapwass
Mastering : Tony Tandoory pour le studio Polycarpe :
Guitare : Baptiste Chambrion
Visuel : Yoann Merienne

[Couplet 1]
Pièce vide, pièce pleine, je bois les paroles au goulot
Bouteille vide, bouteille pleine, rien d’plus, rien d’moins
Pas d’rime, pas d’thème, le soleil au milieu de types ivres
Le trou noir au cœur de la voie lactée n’est qu’un rade de nuit
Nique eux, vive eux, j’aime et déteste puisque ainsi m’a fait Dieu
Mais merde, pourquoi s’imaginent-ils vivre libres ?
Risible hérésie en bas-résilles, pas chère la passe par ici
Paraît qu’c’est la parousie, car l’oubli naît par excès
L’avènement des révolutions mortes, c’est sur BFM
Bien fait, tu l’mérites autant qu’moi, donc bien fait
Nous sommes les gentils dans l’histoire, la jonquille dans l’espoir
Et le refus est moins équivoque que l’journal du soir
Quand j’observe les étoiles, c’est rien qu’des trous vers la naissance
La soupe primordiale : bouillon hormonal pour croissance
La pièce tourne et puis, tant mieux, ça ajoute des perspectives
Des volumes dans les volumes dans les volumes dans les volumes

[Couplet 2]
« Tu n’sais même pas boire » hurle mon ça à mon surmoi, j’emmerde les deux
Me balade dans le jardin des délices heureux
Comme un gosse, accéder à la magie en déséquilibre
Fête foraine pour adultes égarés au cœur d’un désert terrible
Rien d’plus, rien d’moins, du sable dans la bouche
Et les mirages sont beaux, mais les virages sont louches
La ville en guise de tapisserie, laisse tourner ce vinyle des Floyd
Triste est le reste, en cet instant, je me défie d’efforts
Verre vide, verre plein, chaise électrique du temps
Paisible, j’erre bien, germe éclectique du sens
J’veux pas passer pour le rabat-joie, mais question :
Si le dernier Homme accepte de se soustraire, qui paiera l’addition ?
Il y a des chiffres sur nos ardoises, la mort passera l’éponge
Pas d’fric, plein d’fric : c’est la même, donc passez les ponts
La rive est à portée d’souffle, et l’œsophage à portée d’Chouffe
Musique liquide pour oreille interne, des nuits à portée d’jours

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s