Bleu-Blanc-Rouge. Gaaarde à vous !

Quartiers libres

On mettra tout au tricolore,

Les plats du jour et les rubans,

Pendant que le héros Pandore

fera fusiller nos enfants

(La semaine sanglante, chant communard, Paris 1871)

Il y a 154 ans, Jean-Baptiste Clément composait une chanson racontant le massacre du Paris populaire sous les balles des troupes versaillaises. L’armée de Thiers avait tué plusieurs dizaine de milliers de Parisiens des quartiers populaires et en avait envoyé des milliers également pourrir dans les bagnes coloniaux, en Algérie et en Nouvelle Calédonie. Une orgie réactionnaire plus sanguinaire encore que la Saint Barthélémy. Quelles étaient donc les couleurs arborées fièrement par la troupe et vomies par les communards ? Le bleu, le blanc et le rouge, qui suscitaient une allergie déjà ancienne dans les classes populaires.

IMG_0146

C’est marrant comme tout est fait ces jours-ci pour organiser l’amnésie autour de ce symbole de la République bourgeoise qui a toujours (ou…

View original post 568 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s