La violence des autres

Quartiers libres

La nuit du 16 novembre 2015, les forces de défense israéliennes ont de nouveau frappé. Lourdement armées de charges explosives, de fusils d’assaut et de gaz lacrymogène, les forces d’occupation sont arrivées au petit matin, en Jeeps blindées, dans le camp de réfugiés de Qualandia, situé entre Ramallah et Jérusalem. Elles y ont fait sauter un appartement, causant des dommages dans les appartements de cinq familles. Les camps de réfugiés palestiniens ayant une densité de population énorme, avec de nombreuses habitations collées les unes aux autres, une explosion d’une telle ampleur risquait bien évidemment de toucher beaucoup de civils, et uniquement des civils. On a pu entendre l’explosion à plus de 6 kilomètres. Réveillés par la terreur, les habitants ne se sont pas vus proposer par Facebook d’activer le « Security Check » permettant de rassurer leurs proches. Après tout, ce genre d’acte de guerre les touche quotidiennement, il n’y…

View original post 1 361 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s