Agissez signer la pétition : des centaines de prisonniers palestiniens en grève de la faim ce mardi

10 août – Selon de nouvelles informations, les prisonniers palestiniens dans les prisons de Nafha et Ramon ont suspendu leur grève de la faim pour deux semaines. Trente-deux prisonniers continuent leur grève de la faim. Selon la Société des prisonniers palestiniens, il existe un accord pour le retour des prisonniers de Nafha dans leurs sections, et la grève reprendra si l’administration pénitentiaire israélienne ne s’y conforme pas dans les quinze jours. L’appel à la grève de la faim pour le mardi 11 août est maintenu.

À la date du dimanche 9 août, il y avait 180 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes en grève de la faim illimitée et des centaines devaient commencer la grève le mardi 11 août. Cette vague de grèves a été lancée après l’attaque par les forces spéciales israéliennes contre les prisonniers palestiniens de Nafha, blessant 30 prisonniers dans une incursion nocturne violente, dont Ahmad Sa’adat, dirigeant politique palestinien et secrétaire général du Front populaire pour la libération de la Palestine. Des groupes de prisonniers ont été isolés et transférés hors de Nafha et des prisonniers palestiniens ont lancé une campagne de résistance.

AGISSEZ : Voir ci-dessous (*) pour les types d’actions possibles en soutien des prisonniers palestiniens dans leur grève de la faim.

Cent-vingt prisonniers à Nafha, membres du Fatah, ont lancé une grève de la faim ce jeudi 6 août, demandant la fin de leur isolement et de leur réclusion cellulaire, le retour des prisonniers transférés, et que cesse le refus des visites de leurs familles, le refus de leur accès à la cantine (l’économat de la prison) et la fin des agressions contre les prisonniers. Le 9 août, 32 prisonniers membres du Jihad islamique ont lancé une grève de la faim alors que plusieurs dizaines de prisonniers du Fatah dans les prisons de Ramon et Eshel se joignaient à la grève. Les prisonniers du Jihad islamique ont annoncé qu’ils dissoudraient leur direction le lundi 10 août – ne laissant ainsi aucun représentant officiel pour négocier avec l’administration pénitentiaire israélienne, ils ont demandé aussi la fin de l’isolement du prisonnier Nahar Saadi, l’abrogation de la loi permettant d’alimenter les grévistes de force, et en particulier la fin de son utilisation contre Muhammad Allan, et ils ont exprimé leur soutien aux prisonniers grévistes du Fatah et à leurs demandes.

Ces grèves de la faim illimitées viennent s’ajouter à plusieurs grèves de la faim individuelle, notamment à celle de Muhammad Allan, 31 ans, avocat palestinien détenu sans inculpation ni procès, en détention administrative. Il est en grève de la faim depuis plus de 55 jours et dans un état médical d’urgence préoccupant, il est menacé d’être alimenté de force par l’armée israélienne en vertu de la nouvelle loi relative à l’alimentation forcée, loi qui a été condamnée par les représentants des Nations-Unies, par l’Association médicale israélienne et les défenseurs des droits de l’homme. Cliquez ici pour agir en faveur de Muhammad Allan !

Les prisonniers membres du Front populaire pour la libération de la Palestine dans toutes les prisons israéliennes ont annoncé le 9 août que le lancement de leur grève de la faim illimitée – annoncé précédemment pour dimanche puis reporté à mercredi – se fera désormais mardi. Ahmad Sa’adat, auquel le service pénitentiaire israélien avait promis la fin du refus des visites familiales, s’est vu infligé dimanche au contraire trois mois d’interdiction supplémentaires de visites de sa famille, pendant qu’une interdiction d’un mois était imposée à tous les prisonniers palestiniens dans la prison du Négev.

La section en charge des prisons au sein du ce parti de gauche a publié la déclaration suivante :

« La section Prisons du Front populaire pour la libération de la Palestine, dirigée par son responsable national Ahmad Sa’adat, lancera une grève de la faim illimitée le mardi 11 août, suite à l’impasse dans les négociations avec l’administration pénitentiaire, provoquée par l’intransigeance du service pénitentiaire devant les demandes légitimes des prisonniers. En outre, une ordonnance militaire publiée aujourd’hui étend l’interdiction de sécurité contre le dirigeant Sa’adat, lui refusant les visites de sa famille pour trois mois supplémentaires.

« La section Prisons a confirmé que les prisonniers du Front, sous la direction de Sa’adat, avaient décidé d’entrer dans un conflit long et difficile avec l’occupation, qui ne soit pas conditionné par des engagements et des garanties, après avoir épuisé toutes les options pour pousser l’occupant à répondre aux demandes des prisonniers.

« Les prisonniers du FPLP ont appelé l’ensemble de notre peuple, les communautés et pays arabes et musulmans, et les forces de justice et de liberté à travers le monde, à apporter leur soutien et leur solidarité les plus larges à la lutte du mouvement national des prisonniers dans les batailles de confrontation et de ténacité que ce mouvement conduit 24 h sur 24 contre les dirigeants des prisons et des renseignements de l’occupation. L’ampleur et la profondeur de la solidarité apportent une impulsion aux prisonniers dans la poursuite de leur lutte jusqu’à ce que leurs droits soient pleinement respectés. »

Les prisonniers du FPLP ont exposé leurs demandes :

-* permettre les visites des familles des prisonniers qui ont été, jusqu’à maintenant, interdits de telles visites de leurs proches, notamment le dirigeant politique palestinien Ahmad Sa’adat ;

-* fournir les soins médicaux nécessaires et adéquats aux prisonniers malades ;

-* mettre fin à la politique des détentions administratives ;

-* améliorer les conditions de vie à l’intérieur des prisons ;

-* interdire les incursions et raids par les unités spéciales des forces sionistes, notamment l’unité Metsada, contre les sections et cellules des prisonniers.

Samidoun, réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens, exprime sa solidarité la plus forte avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim et avec ceux qui lancent leur grève ce mardi, ainsi qu’avec l’ensemble des 5750 prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Eux et leurs organisations sont quotidiennement en première ligne de la lutte palestinienne pour la justice, le retour et la libération, et leur force et unité politiques sont un cap pour nous, qui nous inspire tous dans le mouvement de solidarité.

Samidoun, réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens, soutient pleinement et inconditionnellement les prisonniers dans leurs demandes, et exhorte à des actions dans le monde entier, par les amis de la Palestine et les communautés palestiniens, afin de soutenir ces prisonniers.

(*) Agissez, maintenant !

1 – Signez cette déclaration en soutien des demandes des prisonniers. Les appuis d’organisations et de personnes sont les bienvenus – et les appuis organisationnels particulièrement critiques – en soutien des demandes des prisonniers et de leurs actions. Cliquez ici pour signer

2 – Envoyez une déclaration de solidarité. Le soutien de la population à travers le monde aide à l’information des gens sur la lutte des prisonniers palestiniens. Il est un amplificateur et une aide pour l’élaboration d’une solidarité politique. Merci d’envoyer vos déclarations de solidarité à samidoun@samidoun.net. Elles seront publiées et adressées directement aux prisonniers.

3 – Lancez une grève de la faim d’une journée dans votre région. Rassemblez-vous sous une tente ou dans un lieu central, apportez du matériel d’information sur les prisonniers palestiniens et suivez une grève de solidarité, pendant un jour, pour faire prendre conscience et apporter un soutien à la lutte des prisonniers et à la cause palestinienne. Merci de nous adresser des courriels à samidoun@samidoun.net pour nous informer de vos actions – nous publierons et partagerons vos informations avec les prisonniers.

4 – Protestez auprès des ambassades ou consulats israéliens dans votre région. Apportez des affiches et des tracts sur la détention administrative et les grévistes de la faim, et organisez une manifestation autour de cette information importante. Organisez une initiative ou un débat communautaire, ou incluez cette question dans votre prochaine initiative sur la Palestine et la justice sociale. Merci de nous adresser vos courriels à samidoun@samidoun.net pour nous faire p part de vos actions – nous publierons et partagerons vos informations avec les prisonniers.

5 – Boycott, Désinvestissement et Sanctions. Tenez Israël responsable de ses violations du droit international. N’achetez pas de produits israéliens, et menez campagne pour l’arrêt des investissements dans les entreprises qui tirent profit de l’occupation. G4S, une entreprise mondiale qui s’occupe de sécurité, est hautement impliquée dans la fourniture de services dans les prisons israéliennes où sont enfermés les prisonniers politiques palestiniens – il existe un appel mondial au boycott de G4S. Les prisonniers palestiniens ont publié un appel spécifique exhortant à agir sur G4S. Pour en savoir plus à propos du BDS : bdsmovement.net

Aux côtés des prisonniers palestiniens : solidarité de grève de la faim

Nous, organisations et personnes soussignées, exprimons notre solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes qui lancent des grèves de la faim, et nous insistons pour que leurs légitimes demandes soient immédiatement satisfaites.

Les demandes des prisonniers sont les suivantes :

-* permettre les visites des familles des prisonniers qui ont été, jusqu’à maintenant, interdits de telles visites de leurs proches, notamment le dirigeant politique palestinien Ahmad Sa’adat ;

-* fournir les soins médicaux nécessaires et adéquats aux prisonniers malades ;

-* mettre fin à la politique des détentions administratives ;

-* améliorer les conditions de vie à l’intérieur des prisons ;

-* interdire les incursions et raids par les unités spéciales des forces sionistes, notamment l’unité Metsada, contre les sections et cellules des prisonniers.

Ces demandes représentent les principes de bases de toute justice. Les incursions et les attaques violentes par les forces spéciales, le déni persistant des visites des familles et des soins médicaux aux prisonniers palestiniens, et les conditions de vie difficiles et souvent dangereuses dans les prisons israéliennes (particulièrement actuellement, alors que la température s’élève très haut et que les Palestiniens souffrent de la chaleur) sont intolérables. L’usage de la détention administrative pour emprisonner des centaines de Palestiniens sans inculpation ni jugement est une agression illégitime et illicite contre les droits civils et politiques fondamentaux des Palestiniens.

Nous soutenons les demandes des prisonniers et appelons à leur satisfaction entière et immédiate.

=> Pour signer  <=

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s